Introduction : Cet article a pour but de faire la distinction entre éveil et la réalisation spirituelle, puisque je constate que souvent, on a tendance à assimiler l'éveil à une réalisation spirituelle accomplie alors que dans la pratique il en est autrement.

 

A- Éveil 

Je peux définir l'éveil comme étant la prise de conscience d'un fait, d'une situation, d'un phénomène, de façon générale. Mais en spiritualité, quand on parle d'éveil spirituel, il ne s'agit pas d'une réalisation spirituelle, d'un accomplissement total. En vérité, il s'agit là d'une activation en soi qui va permettre la prise de conscience d'un phénomène externe ou interne et c'est alors qu'on va essayer d'entamer un processus ( initiation auprès d'un maître, initiation autodidacte, recherche personnelle à travers des livres/ sites internet/ des groupes sur les réseaux sociaux, ... ) qui va nous permettre de mieux comprendre le phénomène pour lequel il y a eu une prise de conscience et, d'étendre ce phénomène ou alors de le supprimer. Comme exemple, on peut s'en rendre compte que, à force d'entretenir une pensée soutenue sur un désir matérialise celui-ci à la longue. Ce phénomène continu peut donc susciter en nous, dans un 1er temps des questionnements, ensuite, on va se mettre dans une phase de recherches pour comprendre de quoi est-ce qu'il s'agit. Ceci est donc qualifié comme une sorte d'éveil. On peut aussi observer en soi le développement d'une faculté, ça peut être de la télépathie, de la voyance, ou encore de la télékinésie, ... Cela peut survenir suite à un traumatisme, à une déception ou encore à une substance qu'on a ingurgité, ou même à travers un acte intime. Tout ceci constitue un éveil. Alors, nous retenons qu'il existe différents types d'éveil selon les domaines, mais aussi qu'il y a des niveaux et des niveaux d'éveil, mais ce n'est en aucun cas une réalisation spirituelle accomplie.  

B- La réalisation spirituelle 

La réalisation spirituelle se définit comme étant une activation, un développement total et une  maîtrise absolue de toutes les forces et pouvoirs latents en soi et en dehors de soi. Ici, au-delà de tous ces pseudo-maîtres et gourous réalisés, le véritable être réalisé est celui-là qui est devenu une divinité vivante. De fait, ni la vie, ni la mort, ni la maladie, ni la vieillesse et ni quoi que ce soit d'autre ne domine sur lui. Vous aurez donc compris que toute personne qui se vante d'être un grand maître mais qui, cependant se laisse emporter par la maladie, par la vieillesse, par la mort, en réalité il ne s'était pas accompli. Car le véritable maître choisit ce qui doit se passer dans sa vie, et ce qui doit lui arriver. Au-delà d'incarner une divinité, il y a  également le grade de seigneur que j'aborderai dans un prochain article. 

 

Conclusion

En définitif, nous retenons que l'éveil ce n'est pas la réalisation spirituelle accomplie car la réalisation spirituelle veut dire que l'humain a transmuté avec tout son corps physique et est devenu une divinité vivante et reconnue par toutes les autres divinités qui peuplent cet univers. Mais au-delà du statut de divinité, il y a aussi d'autres statuts notamment celui de seigneur, dont je ferai allusion dans un prochain article. 

Sachez donc qu'au-delà de tout ce qui vous a été raconté, qu'il fallait plusieurs incarnations pour se réaliser, ou encore pour devenir un maître ascensionné, d'ailleurs que tous les maîtres ascensionnés n'ont pas accédé à la vie éternelle. Contrairement à ce qu'on dit, que l'esprit humain est éternel, dans la pratique lorsqu'un humain trépasse, il est d'abord confronté à un jugement qui se fait par lui-même, ensuite par les membres de sa famille, ... et puis s'il n'a pas suffisamment d'énergie, il peut aussi mourir en temps qu'esprit, ce qu'on appelle aussi la seconde mort... De fait, il est donc possible pour tout être humain de se réaliser pleinement en une seule vie. Mais comprenez que certaines connaissances ne se livrent pas à base d'argent et ni encore aux prétentieux, mais aux personnes humbles et en réelle quête de lumière. 

 

Auteur : Roc Ulrich 

" Le maître n'est nul autre que soi-même "